Juliette ou le chemin des immortelles"Et voilà. Que m'est-il arrivé pour en arriver là ? Sommes-nous le résultat de ce qui n'a pas été dit. ? De ce qui n'a pas été fait ?  Il ne faut pas rater son naufrage !
Il m'a fallu mille ans pour comprendre que j'ai été l'enfant d'un long silence."

Jusqu'au récent billet de Keisha, j'avoue que je ne connaissais pas Tristan Cabral, surtout poète, aussi j'ai profité de l'opération Masse Critique pour découvrir ce récit autobiographique sur la mère de l'auteur, tondue à la libération pour avoir trop aimé un médecin militaire allemand.

C'est difficile de rendre compte de cette lecture à l'écriture magnifique, où perce en permanence une souffrance liée à l'enfance et une révolte qui trouvera à s'exprimer dans les années 68-70. Pourtant le récit n'est pas lourd, l'enfance à Arcachon avec son frère et sa soeur, les promenades sur le chemin des immortelles, la mère, amoureuse en attente de retrouvailles chimériques, le mari effacé. Plus tard il y aura l'emprisonnement pour "démoralisation de l'armée", les voyages à Jérusalem, dans les Andes, Istanbul, à la recherche d'un absolu insaisissable.

Et surtout, la découverte des mots, grâce à un professeur de Sarlat "Toutoune" qui lui donne accès à la poésie. "J'étais sauvé, je savais tout. Les mots, c'était le vrai monde. Ma famille n'existait pas parce qu'elle n'avait pas les mots. Mon cahier de poèmes, illustré par Juliette, je voulais l'emmener jusqu'au ciel. J'avais compris, comme Arthur, je serai poète. De ce jour, j'ai dévasté l'armoire de livres, au fond de la classe, jusqu'au Génie du Christianisme de Chateaubriand. Enfin, j'étais moi. Dans ma vraie famille. Je ne regardais plus le monde par une fente. Je savais qu'il était désormais dans les livres. Alors il fallait tout lire, TOUT !"

Plusieurs poèmes terminent le livre, donnant furieusement envie d'en découvrir plus.

Un jour, les oiseaux-feu quitteront mes paupières ;
alors dans mon cartable, il y aura du ciel,
alors mon corps aveugle s'habillera de lierre
et qu'on me couche alors dans un lit d'immortelles !

Un écorché vif, une écriture sensible, un parcours singulier, à lire absolument.

Le billet de Keisha

Celui de Brize, sur un recueil de poésie

Je remercie Babelio et les Editions du Cherche-Midi

Tristan Cabral - Juliette ou le chemin des immortelles - 91 pages
Editions Le Cherche-Midi - 2013