La faille souterraine"Le soir, il rendit visite à son père à Löderup et joua deux heures aux cartes avec lui. Ça se termina en dispute, sur le thème de qui devait combien à l'autre. Dans la voiture, en rentrant à Ystad, Wallander se demanda s'il deviendrait comme lui au même âge. A moins que le processus ne fût déjà enclenché ? Colérique, geignard, grognon ... Il devrait poser la question à quelqu'un. Mais peut-être pas à Mona ..."

Lorsque la série des Wallander commence, Kurt a déjà une quarantaine d'années et une longue expérience d'enquêteur. Apparemment, on a souvent demandé à l'auteur ce qu'il faisait avant, d'où ce volume qui raconte cinq histoires antérieures à la série.

Dans la première, le jeune Kurt a 22 ans, il est simple policier à Stockholm et rêve d'intégrer la brigade criminelle. Il vient de rencontrer Mona et espère une relation durable avec elle. Il ne faut pas être grand psychologue pour sentir que ces deux-là auront bien du mal à s'accorder. C'est à cette époque-là  qu'il a reçu le fameux coup de couteau souvent évoqué par la suite comme un tournant. Ce qui m'a frappée, c'est que je n'ai pas eu l'impression d'avoir affaire à un jeune homme, mais déjà à l'homme mûr, sans légereté et sans enthousiasme. Et il était déjà cabochard et imprudent.

Dans la deuxième, Kurt vient d'être muté à Malmö, il a une trentaine d'années, Linda est née et son mariage a du plomb dans l'aile. Si les deux premières enquêtes m'ont paru un peu faibles, j'ai retrouvé le Wallander qui me plaît dans les trois dernières, plus proches de la série. Surtout dans la dernière, la plus longue, j'ai replongé avec le plus grand plaisir, prête à repartir pour un tour. Retrouver son équipe, ses démêlés avec son père qui l'entraîne jusqu'en Egypte, sa fille, je me sentais en pays conquis. L'histoire se termine sur un coup de fil, on informe Wallander qu'un couple vient d'être retrouvé dans une ferme isolée, c'est le début de "meurtriers sans visage" et la boucle est définitivement bouclée, snif ..

Si l'auteur veut le faire revenir d'une manière ou d'une autre, je suis partante.

Logo 4

Le billet de Cathulu, déçue.

Henning Mankell - La faille souterraine - 471 pages
Seuil - 2012