madame-hemingway-paula-mc-lain"Je pouvais comprendre que le fait de traîner toute la journée dans les cafés n'était pas du travail mais, tout de même, je me demandais si tous étaient aussi sérieux, aussi inflexibles qu'Ernest avec son art. J'imaginais qu'il y a avait des tas d'autres écrivains qui travaillaient chez eux et supportaient qu'on leur parle au petit-déjeuner par exemple. Qui parvenaient à dormir la nuit sans se mettre à gamberger, faire les cent pas ou griffonner sur un calepin à la lueur d'une unique chandelle, fumante et vacillante. La compagnie d'Ernest me manquait tout au long de la journée, mais  apparemment, moi, je ne lui manquais pas, pas tant qu'il avait du travail".

Ce livre est un roman, où l'auteur donne la parole à Hadley Richardson, première femme d'Ernest Hemingway. Il relate essentiellement la vie du couple à Paris, dans les années vingt, la ville où il fallait être à l'époque lorsqu'on voulait écrire.

Hadley et Ernest se sont rencontrés chez une amie commune à Chicago et sont tombés rapidement amoureux l'un de l'autre. Hadley a 28 ans, joue joliment du piano, et sort d'une période douloureuse, consacrée à assister sa mère jusqu'à son décès. Ernest revient de la Grande Guerre où il a été blessé, il a vingt ans et déjà l'ambition de devenir écrivain. Ils ont en commun tous les deux de mauvaises relations avec leur famille, Hadley accepte donc de l'épouser et de le suivre sans regret à Paris où il espère écrire et se faire connaître.

Ils n'ont pas d'argent et commencent par louer un petit appartement triste et sombre. Hadley se retrouve assez seule, Ernest ayant décidé de s'isoler dans une mansarde un peu plus loin, ne pouvant écrire que dans la solitude totale. Dans ces années là, les artistes en tout genre se retrouvent à Montparnasse, le couple va faire connaissance peu à peu avec des compatriotes, à commencer par Gertrude Stein et sa compagne, Alice Toklas. Gertrude et Ernest vont devenir de très grands amis et discuter à n'en plus finir. Hadley se sent souvent à l'écart. Entourée d'artistes, elle n'en est pas une elle-même. Elle est pourtant convaincue que sa présence chaleureuse et constante aide beaucoup Ernest. Et quand ça ne va pas, l'alcool est là, il coule à flots partout, ils sont tous souvent ivres. Le choc de la Grande Guerre est passé par là et ils veulent vivre à fond. La vie intellectuelle bouillonne, Ezra Pound est là, James Joyce, le couple Fitzgerald, plus tard Dos Passos et bien d'autres encore.

Je ne vais pas vous raconter toutes les péripéties du roman, elles sont nombreuses. A travers Hadley, on découvre la passion d'Hemingway pour la tauromachie, ses débuts d'écrivain, son acharnement à se faire connaître, les hauts et les bas de leur relation, les voyages à travers l'Europe pour aller skier ; les débuts de l'engouement pour la Côte d'Azur aussi, avec un Antibes de rêve, totalement inconnu.

La vie commune du couple a duré six ans, la dégradation arrive insidieusement. Il n'y a plus seulement les artistes à Paris, mais les touristes arrivent, attirés par les célébrités qui y vivent, l'ambiance a changé, est devenue plus âpre et plus dure. Hemingway est injuste et souvent cruel avec son entourage, il perd des amis. Hadley doit composer avec ses humeurs et ses coups de tête. Elle a un enfant, ce qui détourne d'eux un certain nombre de relations, c'est assez mal vu dans ce milieu là. Et puis, les jolies femmes ne manquent pas, plus en forme et plus jeunes qu'elle. Le couple bourgeois est le modèle à rejeter, il est au contraire jugé normal de tenter toutes les expériences, la drogue s'est ajoutée à l'alcool, les tromperies se multiplient. Hadley finira par partir, après avoir accepté trop d'humiliations et de trahisons.

Le parti-pris de faire parler Hadley à la première personne se révèle passionnant. L'histoire, tout en étant très romanesque, est solidement documentée. J'ai suivi avec autant de plaisir la relation Hadley-Ernest que le foisonnement de la vie parisienne, où défilent quantité de noms devenus célèbres. Hadley est très attachante et si Ernest apparaît souvent comme invivable, nous savons maintenant qu'il était atteint d'une maladie génétique qui provoque des troubles physiques et mentaux, ce qui peut expliquer bien des comportements.

Une lecture aisée et agréable, qui nous fait voir de près la difficulté de vivre auprès de talents hors normes ! Il me paraît maintenant indispensable de lire "Paris est une fête" d'Ernest Hemingway".

16268914_132454554803

Hadley Richardson

L'avis de Mango

Lu en partenariat avec    Livre de poche

Paula McLain - Madame Hemingway - 500 pages
Le Livre de Poche - Décembre 2012