Tous ensemble, mais sans plus"Constance avait toujours cru que Yannick s'était coulé dans le moule Beau-Denivard et avait adopté le style Tête d'Or parce qu'il représentaient pour lui un idéal supérieur. Elle comprenait qu'il n'en était rien : il s'était adapté parce qu'il fallait bien que l'un des deux s'adapte, et ce ne pouvait pas être Constance. Elle pouvait vivre dans un orphelinat au Mali, mais elle ne pourrait jamais taper sur les épaules des gars du hand en buvant des bières, ni commenter les émissions de télé en avalant des pastis avec la famille de Vénissieux."

Quatorze nouvelles qui jouent sur les décalages subtils entre classes sociales, différences entre bien-portants-malades, jeunes-vieux, couleur de peau etc .. tout ce qui fait que nous recherchons finalement plus nos semblables que nos contraires.

J'ai fort apprécié les quatorze nouvelles, d'une qualité égale, bourrées d'humour, de causticité et d'une justesse d'observation bluffante. Il regarde autour de lui cet auteur là ! Et j'ai aimé qu'il n'y ait aucune méchanceté vis-à-vis des personnages, pas forcément de chute non plus, mais des fins souvent surprenantes. Je pense notamment à "Compassion", une histoire de poignet trop voyant ; ou à "la vache et le tigre" une partie d'échecs qui laissera une trace indélébile dans la tête des deux joueurs.

Les thèmes abordés et les situations créées sont souvent ceux dont l'on se défend, que l'on ne veut d'abord pas voir et l'auteur nous montre que l'on y tombe souvent à pieds joints, même si j'espère ardemment ne pas ressembler à quelques portraits bien sentis ..

Plus vrai que nature, le recruteur cynique d'un Raoul Noir, pris à son propre piège. Terrible aussi la séance de relookage qui va placer Sabrina dans une position intenable. Et qui n'a connu un jour "les choses du marais" vis-à-vis de quelqu'un ? Je ne vais pas énumérer chaque nouvelle, elles sont toutes aussi savoureuses les unes que les autres.

Après le pensum mathématique de ma précédente lecture, j'ai savouré le plaisir de ces histoires courtes, à la fois tendres et drôles . Faites-en donc autant.

L'avis de Cathulu Kathel Keisha Liliba

Une interview de l'auteur chez Liliba

Georges Flipo - Tous ensemble, mais sans plus - 282 pages
Editions Anne Carrière - 2012