AA"Moi aussi, j'ai une histoire à raconter. Jadis, nous formions une famille, ma mère, mon père, ma soeur et moi - une famille ni heureuse ni malheureuse, juste une famille qui avançait cahin-caha à mesure que les enfants grandissaient et que les parents vieillissaient. Je me souviens d'une époque où ma soeur et moi, nous nous aimions, une époque où mon père et moi, nous nous aimions. Peut-être même y a-t'il eu une époque où mon père et ma soeur s'aimaient - mais çà je ne m'en souviens pas."

Nadezhda, la narratrice, reçoit un coup de téléphone de son vieux papa de 84 ans, lui annonçant qu'il compte se remarier avec une Ukrainienne de 36 ans. La jeune femme est scandalisée en pensant à sa pauvre mère disparue seulement deux années plus tôt et qui a passé soixante ans à prendre soin de toute sa famille.

Le père en question a toujours été un peu fou, arrivé en Ukraine juste après la guerre avec femme et enfants, il a connu la guerre, l'occupation des armées allemandes et soviétiques, les arrestations, les exécutions, les camps de travail et de réfugiés. Il est obsédé par les tracteurs dont il écrit l'histoire, l'oeuvre de sa vie ..

Nadezhda n'a qu'une soeur, Vera, avec qui elle est fâchée depuis la mort de sa mère, pour une histoire d'héritage mal partagé. Devant l'urgence de la situation, elle va ravaler sa fierté et la contacter, pour faire front commun face à l'intruse qui ne peut que vouloir obtenir des papiers en règle et mettre la main sur le peu que possède encore leur père.

Heureusement que l'histoire est racontée avec un humour efficace et permanent, sinon on pourrait tomber assez vite dans le sordide. Personne n'est vraiment épargné, Valentina l'Ukrainienne est une authentique garce qui n'a pour objectif que de s'installer à l'Ouest et profiter au maximum de la vie dorée que nous menons tous, c'est bien connu. Quand elle s'aperçoit que le vieux naïf sur qui elle a jeté son dévolu n'a pas de fortune, elle lui en fait voir de toutes les couleurs, jusqu'à le terroriser sous son propre toit.

Au fond, le vieil homme, sous le prétexte d'aider une compatriote à s'en sortir a surtout cru pouvoir s'offrir une jeunesse à bon compte, fasciné par sa poitrine en forme "d'ogives nucléaires". Et les deux filles, drapées dans leur bon droit et leur dignité virent assez vite en harpies prêtes à tout pour virer la profiteuse.

Au delà de cette histoire et de ses péripéties hilarantes, Nadezhda va enfin entrer plus avant dans le passé de la famille, passé dont on l'a soigneusement tenue à l'écart. Elle est "l'enfant de la paix" née après le départ de la famille d'Ukraine. Vera, son aînée de dix ans est "l'enfant de la guerre", celle qui a suivi ses parents dans leur fuite et qui a connu "un malheur qu'il valait mieux oublier - dont il valait mieux ignorer jusqu'à l'existence".

L'épreuve va permettre au deux soeurs meurtries de renouer une relation acceptable, d'aider Nadezhda à comprendre un peu mieux son père et à laisser le passé derrière elle.

J'ai apprécié la drôlerie vacharde et la toile de fond beaucoup plus sérieuse du livre, autant pour l'histoire des Ukrainiens que pour la peinture de la société anglaise contemporaine. J'ai un peu tiqué sur certains coups bas et grossièretés inutiles, mais après tout, ils font partie intégrante de ce genre de situation.

"C'est drôle, mais quand je raconte cette histoire de Valentina et de mon père à mes copines, elles sont horrifiées. Elles voient un vieillard vulnérable qui se fait exploiter. Mais tous les hommes à qui j'en parle - tous sans exception, Mike (j'agite l'index) - réagissent avec cet air désabusé, ces sourires entendus, ces petits rires admiratifs. Quel cavaleur ! Quel exploit d'avoir levé cette jeune nana ! Bonne chance à lui. Il faut bien qu'il s'amuse un peu".

L'édition "j'ai lu" a eu la bonne idée (les petits futés) d'offrir quelques pages du roman suivant "deux caravanes" en fin de volume. Me voilà bien tentée. Vous qui l'avez lu, vous me le conseillez ?

L'avis de Alex Cathulu Dasola Enna Kathel Keisha Stéphie Theoma

Logo_3   Logo_6   Logo_1

Marina Lewycka - Une brève histoire du tracteur en Ukraine - 330 pages
Editions J'ai Lu - 2010