AALe roman s'ouvre sur le meurtre du petit Léo, retrouvé sans vie, un lacet autour du cou, par Sophie sa baby-sitter. Manifestement, ce n'est pas le premier drame auquel elle est confrontée, elle pense que c'est elle la coupable, mais ne se souvient de rien. Elle a peur de devenir folle, ne veut pas être internée et prend la fuite. 

Il y a tellement eu de billets sur ce livre que je ne vais pas m'attarder sur le résumé. L'histoire se déroule en trois parties. La première nous met dans la tête de Sophie, nous remontons son passé et apprenons qu'elle a été mariée, a eu une belle situation, une maison, mais qu'elle a tout perdu peu à peu, en même temps que la raison et qu'il y a eu beaucoup de morts violentes dans son entourage.

La deuxième partie voit arriver un deuxième personnage Franck et toute la première partie prend un éclairage différent. Tout ce qui était mystérieux s'explique et nous voyons Sophie s'enfoncer inexorablement, victime d'une magistrale manipulation, sans que nous en comprenions le mobile.

La troisième partie réunit Sophie et Franck dans un face-à-face qui sera décisif. La perversité de son bourreau est poussée à son maximum, mais l'auteur nous réserve encore quelques sueurs froides inattendues.

Je commence par ce qui m'a gênée. Voilà une fille qui est dans le brouillard depuis des mois, qui se croit responsable de plusieurs meurtres, qui va très mal physiquement et psychologiquement, mais qui n'en parle à personne. Pourtant elle est bien entourée, a une vie socialement enviable, un travail important. Devant ses pertes de mémoire et son état de plus en plus léthargique, elle ne consulte pas, se cache de son mari et de son entourage et endosse tout ce qui arrive pour argent comptant. Après la mort de Léo, elle disparaît et malgré toutes les polices de France à ses trousses, on ne la retrouve pas. A une époque où nous sommes tous si "traçables", c'est le genre d'invraisemblance difficile à avaler. Je l'ai souvent trouvée gourde Sophie et dissimulatrice.

Mais, car il y a un mais ... je l'ai dévoré. Impossible de m'arrêter, le suspense entretenu par l'auteur est insoutenable et les pages tournent avec une envie de savoir irrépressible et la frousse de ce qui va encore lui tomber dessus à cette malheureuse fille. Malgré ses invraisemblances et ses facilités, je me suis laissée captiver par l'histoire. 

La fin est discutable. Ce n'est pas celle que j'aurais choisie et je regrette qu'elle nous montre Sophie sous un jour aussi antipathique que Frantz. La perversité a gagné du terrain et c'est à mes yeux dommage. Quant à la robe de marié si intrigante du titre, il faut attendre les dernières pages pour en avoir l'explication. 

De nombreux billets, j'en mentionne quelques uns qui vous mèneront vers d'autres liens. Les avis vont du stroumpf grognon à l'emballement total.

Cathulu Clara Cuné Kathel Mango Sylire 

Pierre Lemaitre - Robe de marié - 314 pages
Livre de Poche - 2010