B1"Etre un homme, c'est pouvoir dire à une femme de ne pas se faire de soucis superflus".

J'ai enfin lu ce roman tellement loué par la blogosphère et à mon tour je suis conquise. C'est une gourmandise dont j'aurais eu tort de me priver plus longtemps.

Le jeune Arnljotur a fait les choses un peu dans le désordre. Il a eu une petite fille avec une femme qu'il a séduite un quart de nuit et c'est quelques mois plus tard qu'il fera vraiment sa connaissance dans un pays du sud de l'Europe où il est allé restaurer un jardin abandonné dans un monastère.

C'est une étape délicate dans sa vie, puisqu'à peine sorti de l'adolescence, sa mère adorée est morte, le laissant seul avec son père et son frère jumeau, autiste. C'est avec elle qu'il avait le plus d'affinités et c'est elle qui lui a inculqué l'amour des plantes et du jardinage.

Il quitte donc son Islande natale pour rejoindre le monastère où il est attendu pour faire revivre une des plus belles roseraies au monde, mentionnée dans tous les livres anciens. Dans sa voiture, deux ou trois boutures de roses, dont la Rosa Candida du titre. Le voyage est quelque peu chaotique et sera l'occasion de rencontres sympathiques en chemin.

Au terme du voyage l'attend Frère Thomas, un moine féru de cinéma et chargé de l'accueillir. Et c'est dans ce beau lieu isolé qu'Anna le rejoindra, avec leur petite fille Flora Sol. Là qu'il se découvrira père.

Ce qui rend le roman si attachant, c'est le côté candide d'Arnljotur qui décrit le déroulement des évènements une fraîcheur et une drôlerie irrésistibles. Il se pose beaucoup de questions sur son avenir, le sexe, avoir un enfant, la mort. Son entourage est vu avec énormément de tendresse, son vieux père inconsolable et attentionné, son frère, Anna et la petite Flora Sol.

Le Frère Thomas l'épaulera à sa manière et l'aidera à avancer, pendant qu'Arnljotur travaille d'arrache-pied à faire revivre la roseraie. On peut dire qu'il s'agit d'un voyage initiatique et qu'il ne sera plus le même après cette expérience.

"Les femmes sont comme çà. Elle surgissent tout-à-coup devant vous, au seuil d'une nouvelle vie, un marmot sur les bras pour vous signaler que c'est à votre tour d'endosser la responsabilité d'une conception intempestive, d'un enfant-accident".

Une lecture fondante et réconfortante.

L'auteure a été interviewée récemment par Paula Jacques sur France-Inter. Vous pouvez encore écouter l'émission ici

De nombreux avis chez B.O.B.

Logo_1         Logo_6

Audur Ava Olafsdottir - Rosa Candida - 333 pages
Zulma - 2010