AA1"La vache remonta paresseusement le sentier entre deux barrières de prunelliers. Elle avait entendu le véto arriver et repartir. Le bourbier ne lui avait pas plu ; pendant longtemps il avait été plein de hide-behinds, des créatures ramenées des chantiers de bûcherons du Wisconsin, dont le père de Gareth avait entendu parler par les soldats américains avec qui il avait servi. On avait beau se retourner à toute vitesse, on avait beau les chercher, les hide-behinds restaient toujours dans votre dos et personne n'avait jamais pu les décrire. La vache avait seulement perçu leur présence. Elle frôlait la démence, maintenant. Elle sentait bien qu'elle devait mettre bas, mais son corps refusait. C'était une drôle de sensation pour la vache. Elle avait la respiration chuitante, soufflait bruyamment par les naseaux".

Je pensais m'engager dans une lecture douce et tranquille, pleine de nature et de beauté. C'est en effet le cas, mais le feu couve sous la surface et c'est aussi tout autre chose : un couple qui s'essoufle, un désir qui s'éteint ou qui s'exprime à contretemps, des colères inexprimées, des rancoeurs, des regrets. Il y a aussi une merveilleuse petite fille qui se laisser piéger par une somptueuse beauté blanche. La violence des rapports humains est sous-jacente et le récit se joue de la chronologie, mélangeant le déroulement d'une journée écrasante de chaleur avec le passé et le futur.

Mais je vais trop vite, pour l'heure Gareth se lève et s'aperçoit qu'une vache a disparu, une rouanne prête à mettre bas. Il va passer la journée à la chercher et ce sera le prétexte à des réflexions de plus en plus profondes sur la vie à la ferme, ses parents, sa femme, ses enfants, les bêtes, la nature du Pays de Galles, un vieux chien qui meurt .. La vache reviendra à la fin du jour, mais l'auteur nous aura emmenées beaucoup plus loin que cette banale fugue.

Cynan Jones est également exploitant agricole, ce qui explique sans doute à quel point sa description d'une journée à la ferme est riche et précise, empreinte de poésie et d'amour pour tout ce qui l'entoure.

Une lecture sensible et troublante, moins sereine que prévu.

AA2

Merci Keisha

L'avis de Cathulu Choco Clara

Logo_1

Cynan Jones - Longue sécheresse - 231 pages
Editions Joëlle Losfeld - 2010