rosemonde_gerard     Lectures_communes_Theoma

"Pour la première fois, un livre nous révèle la vie fascinante de Rosemonde Gérard, poétesse de renom, épouse d'Edmond Rostand. Rosemonde adorait la vie, la poésie, les jardins, les fleurs, les roses, les animaux, les enfants. Elle aimait l'étudiant en droit Edmond Rostand. Elle l'épousa et abandonna son art afin de se consacrer à l'édification de l'oeuvre de celui-ci.

Enthousiaste, imaginative, passionnée, volontaire, elle porta son époux à bout de bras, aplanit les difficultés, harmonisa le quotidien, orienta ses créations, géra ses désespoirs et combattit sa neurasthénie. Si bien que le couple qu'elle forma avec Rostand symbolisa le succès, le génie, la gloire de l'époque.

Rosemonde, sous les traits d'une éternelle épouse, était douée pour le bonheur ; Edmond Rostand ne l'était pas. Lorsqu'il quitta sa muse, l'oublia dans d'autres bras, Rosemonde pour qui la poésie était l'essence même de la vie reprit sa plume, travailla aux succès de ses fils Maurice et Jean tout en construisant de nouveaux bonheurs." (4e de couverture).

La rencontre n'a pas eu lieu pour moi, autant le dire tout de suite. J'ai certes appris beaucoup de choses que j'ignorais dans cette biographie, autant sur Rosemonde Gérard que sur Edmond Rostand.

J'ai découvert avec plaisir une partie de l'oeuvre poétique de Rosemonde, trop éclipsée par la gloire de son époux, cependant il a manqué une petite étincelle qui me la fasse vraiment exister.

J'ai eu l'impression de lire une succession de courriers, de dates, d'évènements, mais la personne de Rosemonde m'est restée trop lointaine. Peut-être est-ce dû au fait qu'Edmond Rostand a détruit les courriers qu'il recevait d'elle, lui demandant la réciprocité, ce que Rosemonde n'a pas fait.

Je ne voudrais pourtant pas vous décourager de le lire, à travers Rosemonde Gérard, nous avons la peinture de toute époque, d'une société mondaine et artistique traversée de nombreuses personnalités du théâtre, de la littérature, de la politique, entre autres Jules Renard, un grand ami, Anatole France, Sarah Bernhardt, Anna de Noailles ..

Je ne voudrais pas terminer, sans vous donner un extrait de mon poème préféré dont vous connaissez toutes au moins un vers, un joaillier bien inspirée l'ayant choisi pour sa "médaille d'amour".

Sur le banc familier, tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer ;
Nous aurons une joie attendrie et très douce,
La phrase finissant souvent par un baiser.
Combien de fois jadis j'ai pu dire : "je t'aime !"
Alors, avec grand soin, nous le recompterons ;
Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
De petits riens exquis dont nous radoterons,
Un rayon descendra, d'une caresse douce,
Parmi nos cheveux blancs, tout rose, se poser,
Quand sur notre vieux banc tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer.
Et comme chaque jour je t'aime davantage
- Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain -

C'est une lecture commune avec Theoma qui a un avis bien plus positif que le mien !

PAL : -6        Objectif_PAL

Laurence Catinot-Crost - Rosemonde Gérard la fée d'Edmond Rostand - 202 pages
Seguier - 2006