Willy_Ronis_17

La Monnaie de Paris et le Jeu de Paume rendent hommage au grand photographe Willy Ronis, disparu en septembre dernier, à l'âge de 99 ans. Jusqu'au 22 Août, nous pouvons découvrir près de 150 clichés présentés par thème.

Tout d'abord, la rue et surtout Paris. Cette première salle m'a ravie, Willy Ronis savait très bien capter les passants, les visages, les rues, les atmosphères. Bien sûr, un certain nombre de ces clichés sont connus, mais c'est toujours un plaisir de les revoir.

Willy_Ronis_6

Willy_Ronis_4

Puis, une série que je connaissais moins, sur le monde du travail. Willy Ronis était un militant communiste et a fait plusieurs reportages sur les grèves chez Citroën, Renault et des photos dans des entreprises de textile. Les clichés sont accompagnés de commentaires du photographe, resituant le contexte dans lequel elles ont été prises, rendant les scènes très vivantes.

Willy_Ronis_18

Willy_Ronis_8

Ensuite, les voyages. W. Ronis en a fait beaucoup, Londres, New-York, Venise, Prague, Moscou, la Hollande etc ... et toujours l'oeil humaniste de l'artiste.

Willy_Ronis_5

Willy_Ronis_16

Pour terminer, la sphère privée, avec des portraits de ses amis, de sa famille et des nus.

Willy_Ronis_13

J'ai énormément aimé l'ensemble de cette exposition, représentant toute une vie d'homme, qui a vu tellement de changements, toujours avec son regard personnel. Et c'était l'occasion de découvrir le lieu très beau qui l'accueille et où je n'étais jamais allée.

WillyRonis

Willy Ronis, une poétique de l'engagement.

Monnaie de Paris
11, Quai de Conti
Paris 6e

La journée n'était pas terminée, direction Aubervilliers, le théâtre de bois de Zingaro pour "Darshan" le dernier spectacle de Bartabas.

WBartabas

J'ai évité de trop lire sur ce spectacle avant. Je savais qu'il était très différent des précédents, que le public était au milieu avec la piste autour de lui et non plus au centre et que le plateau tournait sur lui-même en permanence. L'amie d'une amie m'avait parlé de mal au couer .. de tournis .. Et bien rien de tout cela pour moi, j'ai été captivée dès les premières minutes et n'ai pas vu passer l'heure et demie qui a suivi. L'oeil, l'ouïe, l'imaginaire très sollicités, je suis entrée dans des univers successifs, emportée par la beauté de ce que je voyais. C'est difficile de décrire ce jeu d'ombres chinoises qui jouent sur la distance, le mouvement, les sensations.

A en juger par ce que j'entendais à la sortie, il y a les franchement déçus et les très enthousiastes, je me classe résolument dans la deuxième catégorie. J'ai trouvé ici et des sites qui résument assez bien ma perception du spectacle.

Le site de Zingaro "Darshan" jusqu'au 20 Juin 2010.

W_Bartabas_3