AAVoilà. C'est fait. J'ai rejoint la cohorte des blogueuses qui ont lu le roman incontournable du moment. Pour celles ou ceux qui ne l'ont pas encore découvert, vous devez connaître le résumé par coeur, je vais donner la version courte.

Emmi envoie par erreur un mail à Léo pour se désabonner d'un magazine. Léo répond brièvement. Puis reçoit un deuxième mail pour Noël, Emmi avait oublié de l'enlever de son listing. C'est l'amorce d'un échange par mails qui va devenir de plus en plus assidu et envahissant. Ils peuvent aller d'une ligne à deux pages, se suivre à une minute, ou être espacés de plusieurs jours.

Qu'en ai-je pensé ? J'ai été séduite par l'humour et le charme des échanges, indéniablement ils sont bien présents. A part çà ? Je me suis fatiguée au milieu du livre, c'est creux tout de même. Ils ne savent pas ce qu'ils veulent ces deux-là, surtout Emmi me semble-t'il. Elle tarabuste souvent ce pauvre Léo et quand il demande un rendez-vous, elle se dérobe en utilisant des questionnements vaseux. En fait tout tourne autour de : se rencontrer ou pas ???

J'ai trouvé Léo très sympathique et il joue assez franc jeu, lui. Il lui explique plutôt rapidement où il en est avec son ex-copine, Marlène, il étale ses doutes, il est franchement attendrissant. Emmi ... je me suis souvent dit mais quelle enquiquineuse !! Coupeuse de cheveux en quatre, pas très honnête dans ce qu'elle raconte, collante .. heureusement qu'elle a la plume alerte et moqueuse pour compenser. Mais bon, le poursuivre comme elle le fait à certains moments, alors que par ailleurs elle affiche un mariage parfait, deux enfants adorables, une situation idéale, c'est un peu cruel non ?

J'ai eu un regain d'intérêt dans la dernière partie du roman parce qu'il se passe enfin un petit quelque chose. Mais tout çà ne vaut pas un bon vieil échange épistolaire, qui va au fond des personnages et des évènements. Là, c'est vraiment faire semblant, imiter la vie, mais surtout au moment de se mouiller, plus personne ....

N'en déduisez pas pour autant que j'ai boudé mon plaisir, c'est une lecture agréable, qui distrait bien. Sachant qu'il y a une suite parue en allemand, aurais-je envie de la lire quand elle sera traduite ? Tout de suite non. Dans un an, peut-être, juste par curiosité pour savoir ce qu'ils deviennent nos vélleitaires. En espérant que l'ensemble sera plus étoffé.

Pour une fois, je ne vais pas rechercher les avis, il y en a trop, débordants d'enthousiasme. Je mentionne seulement les derniers, un peu mitigés comme le mien, qualifiés de stroumpchs grognons par Cathulu (entendez par là celles qui ne sont pas tombées raides dingues amoureuses de Léo).

Brize Cécile Chiffonnette Cynthia

Merci à Clara d'en avoir fait un livre-voyageur. Il poursuit maintenant sa route vers Mélopée.

Daniel Glattauer - Quand souffle le vent du nord - 348 pages
Editions Grasset - 2010