AAAA

- Dites, il est taille basse ce pantalon ?
- Oui, un peu
- C'est insensé ! on ne peut plus trouver un pantalon normal. Je suis consternée.
- Je sais Madame, c'est la mode qui veut çà. Il faut prendre l'habitude .. Je vous assure, on s'y fait.
- Ah non, je ne pourrai jamais m'y faire ! J'ai toujours l'impression que je vais le perdre, qu'il va tomber, et puis les collants dépassent. Et quand vous levez les bras hein ? Je suis bibliothécaire, moi. Dans un lycée. Vous imaginez, si j'attrape un livre devant une flopée de mômes et qu'on voit mon ventre à chaque fois ? Pire ... ma culotte ?
- Vous exagérez .. nos pantalons ne sont pas taille basse à ce point.Vous devriez essayer celui-ci. Et puis ne vous inquiétez pas : la taille haute revient, tous les bureaux de style le prédisent.
- Oui, ce serait une bonne chose. Parce que toutes ces gamines avec le string à l'air, moi je vous le dis, c'est un appel au viol. Après, il ne faut pas s'étonner.

Si vous avez besoin de rire, n'hésitez pas, foncez sur ce roman. Tout est de la même veine que l'extrait. Il est fait uniquement de dialogues extrêmement vivants et enlevés tenus dans la cabine commune d'un magasin que l'on devine parisien et branché, entre le personnel et les clientes. Il y a forcément tôt ou tard un passage où l'on se reconnaît peu ou prou dans la cliente ..

C'est un reflet, même pas exagéré, de la société de consommation dans toute son inutilité, son exagération, son inflation, et qu'est-ce que c'est drôle ... Je crois pouvoir affirmer que c'est un livre typiquement pour filles.

Je l'ai dévoré sur un trajet en train, un samedi de novembre, en allant à Paris. Autant vous dire que dans certains quartiers, devant certains magasins, j'avais l'oeil qui frisait .. j'étais en adéquation avec le livre dans mon sac (sauf que je n'ai pas joué les clientes !).

- Jeune homme ?
- Oui ?
- J'ai demandé un caban en cuir ... A une blonde ... J'attends toujours.
- Elle va revenir, ne vous inquiétez pas.
- Je n'ai pas que çà à faire ! Vous ne voulez pas aller me le chercher ?
- Madame, çà fait deux minutes qu'elle est partie ... Regardez, la voilà.
- Le caban, en 38.
- Vous avez mis le temps !
- Excusez-moi Madame, j'ai dû défaire toute la vitrine pour vous le décrocher... Tenez ... Alors ? Qu'est-ce que vous en pensez ?
- Non, c'est moche. Et puis le cuir est trop lourd. Merci quand même.
- Mais de rien ...

L'avis de Cathulu Celsmoon

Objectif_PAL

Cabine commune - Delphine Bertholon - JC Lattès - 2007