BB

Dans la famille Konianski, il y a Simon, 35 ans, éternel adolescent, fraîchement quitté par la femme de sa vie, une danseuse goy. Il y a Ernest, son père, contraint de l'héberger provisoirement, qui lui rend très vite la vie insupportable. Il y a Hadrien, le fils de Simon, un petit garçon passionné par les terribles souvenirs de son grand-père, ancien déporté. Il y a aussi Maurice, le vieil oncle paranoïaque, et Tante Mala qui n'a pas sa langue dans sa poche. (synopsis).

Voilà un film hautement réjouissant, une très bonne surprise. Le réalisateur (Michel Wald) a choisi la fantaisie, voire même le burlesque pour raconter cette histoire. J'ai beaucoup ri, les dialogues sont savoureux. Les thèmes abordés sont graves. Comment ont pu vivre ces vieux juifs, venus de Pologne et qui ont connu les camps ? Simon ne supporte plus d'entendre son père en parler, par contre le petit-fils, lui, réclame inlassablement ses récits.

BB3 

La première partie décrit la cohabitation forcée du père et du fils, plutôt difficile. Ernest (Popeck) consulte régulièrement le rabbin en quête de conseils pour faire déguerpir Simon (Jonathan Zuccaï). De son côté, Simon n'accepte pas la rupture provoquée par sa compagne et de surcroît n'a plus de travail.

La deuxième partie nous embarque dans un périple complètement loufoque jusqu'en Ukraine, en passant par la Pologne, je ne veux pas trop en dire sur les circonstances de ce voyage.

L'interprétation est épatante. Je suis fan de Jonathan Zuccaï depuis que je l'ai vu dans "le tango des Rashevski" (une petite merveille). Il est parfait et toujours séduisant en fils décevant et en père immature.Et quel régal de revoir Popeck. Le personnage d'Ernest lui va comme un gant.

Le petit garçon (Nassim Ben Abdemoulen) a un rôle important au sein de la famille, entre son père, son grand'père, sa mère, il navigue à vue avec beaucoup de fraîcheur. Et il a un physique craquant.

BB2

Je n'oublie pas l'oncle et la tante, hauts en couleurs et que Simon à bout de nerfs, n'hésite pas à abandonner au bord d'une route de Pologne, ils sont excellents. Ce film est à la fois drôle, un peu féroce, mais aussi très émouvant. On sent beaucoup de chaleur humaine chez tous les personnages.

BB4

A noter le choix des musiques gaies et entraînantes, qui contribuent à ne jamais faire tomber l'histoire dans le pathos.

Ne ratez pas ce film, ce serait dommage qu'il ne trouve pas son public.

L'avis de Pascale

P.S. Je fais une cure de cinéma, je reviens aux livres dans le prochain billet.

Film belge de Michel Wald - Avec Jonathan Zuccaï et Popeck - 2009