Gilles_Cl_ment

Voilà un livre qui m'a enchantée et que j'ai pris le temps de savourer afin de ne rien perdre de son charme.

"La clef ne passe pas. Je tente le verrou avec la petite plate argentée, si menue pour cette grosse bâtisse. Rien ne cède. Je reste là, stupide, devant les pans de bois ajustées et vernis : l'accès ordinaire, la porte sur le côté. L'accès à la Grange, ma maison".

Gilles Clément ne peut plus accéder à la maison de son enfance, propriété de son père. Une banale histoire de maîtresse qui s'y oppose et il n'a plus de toit. L'homme ayant depuis toujours besoin d'un abri, Gilles Clément va chercher pendant deux ans sur 14 départements le terrain idéal, la maison idéale, sans trouver. Il finit par acheter le terrain de prédilection de son enfance dans une vallée de la Creuse où il n'y a jamais eu d'habitation.

Ecologiste avant l'heure, Gilles Clément va bâtir sa maison avec une bande d'amis et  inventer au fur et à mesure des solutions en accord avec l'environnement, ses convictions.. et ses modestes moyens.

"Je n'ai aucune nostalgie de la lampe à pétrole. Mais je reste attentif à la poussière. Sa présence nous assure d'une perpétuelle transformation de la matière. Tout ce que nous envoyons en l'air nous retombe dessus. Les nuages sont remplis de poussière, les fleurs aussi. Quelle que soit la puissance de nos aspirateurs, nous ne pouvons pas nettoyer l'univers. Une part de cette poussière nous incommode, une autre contient des organismes invisibles dont le corps a besoin. Une forme nosocomiale de nos maladies vient de l'asepsie. La parole formatée vient sans doute d'un univers où l'on a trop aspiré les poussières".

Année après année, la maison prend forme, toujours en osmose avec le jardin qui a autant, si ce n'est plus d'importance.

"Dressées en îles sur le vallon herbeux, les berces du Caucase marquent l'espace en toutes saisons sauf par grands froids lorsque les feuilles d'un vert émeraude s'affaissent et disparaissent. Je dois aux berces l'invention du jardin en mouvement, mode de gestion respectueux des énergies en place".

"Dans cet abri de diversité, comme dans les friches du "tiers paysage", se trouve une part de solution à ce que les medias en proie au vertige de l'info s'accordent à nommer "crise". On finirait d'user ce qu'on avait jeté ou remisé tandis que d'autres obstinément attelés à leurs mauvais outils creuseraient la dette encore et encore jusqu'à ce qu'un glissement final les aspire dans le vortex des finances. Sur cette tombe improvisée, je vois danser les nains de jardin et les elfes distingués de la philosophie tassant la terre de toutes leurs forces pour que jamais ne reviennent les démons de la Bourse, les banquiers voleurs, les assureurs complices et toutes sortes d'escrocs impunis portés par ce que Fernande, en parlant des poulets disparus, appelait "l'augmentation de la recrudescence". D'avance je leur tresse une couronne et que la fête commence. Amen".

C'est un récit poétique, drôle quand il évoque ses démêlés avec les institutions, la mentalité des gens du "cru", les notables qui s'effarouchent de la présence de tous ces jeunes et lui envoient les gendarmes. J'aimerais vous donner plus d'extraits pour illustrer la diversité de tout ce qui est évoqué à travers cette aventure, mais l'idéal serait que vous le lisiez vous-même .. Immersion garantie dans la nature et la simplicité.

Gilles Clément est ingénieur agronome, jardinier paysagiste, botaniste, entomologiste. Il a réalisé de nombreux jardins, dont celui du musée du Quai Branly, le parc André Citroën (co-auteur), le domaine du Rayol, les jardins de Valloires, le château de Blois ..

 

J'ai eu la chance d'assister à une de ses conférences il y a quelques mois. Ce fut un moment rare d'intelligence, de clarté, de partage de connaissances avec un homme engagé et lucide.

berce_du_caucase
berce du Caucase

L'avis de Ptit Lapin et de Florence, qui a mis un portrait de Gilles Clément en vidéo où vous pouvez voir le jardin et la maison dont il est question dans le livre. N'hésitez pas à lui rendre visite.

Gilles Clément - Le salon des berces - NIL - 2009