le_coeur_cousu                     coeur

"Ecoutez, mes soeurs ! Ecoutez cette rumeur qui emplit la nuit ! Ecoutez ... le bruit des mères ! Des choses sacrées se murmurent dans l'ombre des cuisines. Au fond des vieilles casseroles, dans des odeurs d'épices, magie et recettes se côtoient. Les douleurs muettes de nos mères leur ont bâillonné le coeur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées. Onctueuses larmes au palais des hommes !"

Frasquita Carasco a dans son village du sud de l'Espagne une réputation de magicienne, ou de sorcière. Ses dons se transmettent aux vêtements qu'elle coud, aux objets qu'elle brode : les fleurs de tissus créées pour une robe de mariée sont tellement vivantes qu'elles faneront sous le regard jaloux des villageoises. Frasquita a été jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs.  (extrait 4e de couverture).

Difficile de résumer ce premier roman tellement il est riche, sachez seulement que j'ai a-do-ré. Gros coup de coeur de ce début d'année. La narratrice, Soledad, dernière fille de Frasquita, condamnée à la solitude, nous raconte l'histoire de sa mère. Elle a transmis à ses enfants ses dons de magicienne et une mystérieuse boîte joue un grand rôle dans l'histoire. C'est foisonnant, extravagant, violent, surprenant, très poétique, le surnaturel surgit dans le quotidien avec une aisance totale.

C'est un hommage formidable rendu aux femmes sur qui tout repose, les hommes n'ont pas tellement le beau rôle dans ce récit. Je me suis attachée à tous les personnages de la famille, les six frères et soeurs, fortes personnalités soudées dans les épreuves. Soledad porte une responsabilité écrasante sur ses épaules ; Jusqu'où doit-on aller pour rester fidèle à sa lignée ? J'ai été subjuguée par la beauté de l'écriture, ce livre a enchanté ma semaine, je l'ai savouré lentement. Il a obtenu 8 prix, mérités, c'est rare dans le paysage littéraire français un tel roman !

Extraits : "Les mains des conteuses sont des fleurs agitées par le souffle chaud du rêve, elles se balancent en haut de leurs longues tiges souples, fanent, se dressent, refleurissent dans le sable à la première averse, à la première larme, et projettent leurs ombres géantes dans des ciels plus sombres encore, si bien qu'ils paraissent s'éclairer, éventrés par ces mains, par ces fleurs, par ces mots".

"Ne m'a-t'on pas raconté mon histoire avant que je ne la vive ? N'a-t'on pas influencé, inventé ma solitude ? Le doute me vient sur la réalité de mes souvenirs. Suis-je bien celle qui a choisi d'être seule ? Ou celle à qui la solitude a été imposée, dictée par une mère, une soeur, une fable racontée depuis toujours dans la cour ?".

Les avis sont nombreux, n'hésitez pas à me signaler si j'en oublie : Fashion Florinette Bellesahi Amanda Clarabel Sylvie Nina Emeraude Sylire Leiloona

Merci à Florinette de me l'avoir prêté.

(la sortie en poche est prévue en mars prochain)

Carole Martinez - le coeur cousu - Gallimard - Février 2007