Annie_Ernaux

Au travers de photos et de souvenirs laissés par les évènements, les mots et les choses, Annie Ernaux donne à ressentir le passage des années, de l'après-guerre à aujourd'hui. En même temps, elle inscrit l'existence dans une forme nouvelle d'autobiographie, impersonnelle et collective. (4e de couverture)

J'ai lu tous les premiers livres d'Annie Ernaux avec beaucoup d'intérêt. Elle écrivait avec une précision inhabituelle sur un quotidien peu traité à l'époque. De plus, elle est née et elle a grandi à une vingtaine de kilomètres de ma ville, je connais plutôt bien le milieu qu'elle décrit et la mentalité de cette campagne cauchoise. Et puis j'ai cessé de la lire, l'écriture trop distante me dérangeait, pas d'émotions, trop de noirceur ..

"Les années" tel qu'il était présenté dans les médias m'a donné envie de renouer avec l'auteur et bien m'en a pris. J'ai vraiment aimé ce mélange de collectif et de personnel. La narration se déroule facilement, l'ouverture des chapitres par la description méticuleuse d'une photo est une bonne idée. Les mots utilisés sont toujours aussi précis et justes. Tout au long du livre je me suis demandée comment elle avait fait pour se souvenir d'autant de choses. Le passage du temps est très bien rendu, les espoirs de la jeunesse, la vie qui se déroule et oblige à des réajustements constants, les tracas petits et grands du corps ..  Je n'ai pas été gênée par l'évocation d'évènements déjà traités dans ses livres précédents, les voir s'inscrire dans leur époque est passionnant. J'ai été particulièrement sensible au féminisme assumé de ce livre.

Extrait : "la honte ne cessait pas de menacer les filles. Leur façon de s'habiller et de se maquiller, toujours guettée par le trop : court, long, décolleté, étroit, voyant etc .., la hauteur de leurs talons, leurs fréquentations, leurs sorties et leurs rentrées à la maison, le fond de leur culotte chaque mois, tout d'elles était l'objet d'une surveillance généralisée de la société".

Cathulu Cathe Antigone Dasola ont aimé

Gambadou a abandonné

Editions Gallimard - 2008