Irvin_Yalom

Quand Julius Hertzfeld, un célèbre psychiatre de San Francisco, apprend qu'il n'a plus que quelques mois à vivre, que fait-il ? Il contacte l'un de ses anciens patients, l'arrogant Philip Slate, accro au sexe, rigide, asocial et manipulateur, le plus grand échec de sa carrière, devenu depuis psychothérapeute. Au centre de cette relation : Schopenhauer (4e de couverture).

J'avais tellement apprécié "mensonges sur le divan" que je n'avais qu'une envie, continuer à découvrir cet auteur. Irvin Yalom est romancier et psychothérapeute, il sait donc de quoi il parle, il sait raconter une histoire et nous plonger au coeur du travail thérapeutique. Le groupe comme si vous y étiez. La méthode est très américaine, je ne suis pas sûre que çà se passe comme çà en Europe.

Julius introduit Philippe dans le groupe de thérapie qu'il anime au moment où il annonce sa maladie aux participants, créant ainsi un certain bouleversement. Je ne savais à peu près rien sur Schopenhauer, j'en sais un peu plus maintenant, voilà un monsieur que je n'aurais pas aimé rencontrer dans la vie. Il y a une alternance de chapitres entre les séances de thérapie et la vie de Schopenhauer.

J'ai préféré de loin les chapitres sur le groupe. Les patients sont sympathiquement névrosés et attachants. Philippe est horripilant à souhait, Julius plein d'empathie et d'humanité, n'hésitant pas à se remettre en cause lui-même. Les évènements se succèdent rapidement, chaque séance réservant des surprises. J'ai été un peu prise de court par la fin, mais pas déçue.

Ne vous laissez pas impressionner par le sous-titre (apprendre à mourir), ce n'est pas sinistre du tout, l'humour ravageur d'Irvin Yalom est toujours très présent, même si le fond est plus grave que "mensonges sur le divan".

Une lecture émouvante et instructive.

Irvin D. YALOM - Editions Galaade - 2005